Quel bilan pour l'environnement ?

Ce bilan a pour but de décrire l’état du milieu terrestre, des eaux douces de surface et souterraines, ainsi que du milieu marin sur les communes de Yaté, du Mont-Dore et de l’île des Pins, avec un focus sur la zone d’influence du complexe industriel et minier de Vale NC. Il s’appuie sur l’analyse des informations relevées en 2018.

 

Ce diagnostic environnemental est une photographie de l’instant : elle décrit l’état des écosystèmes étudiés en les comparant à des situations de référence. Les écarts constatés peuvent avoir des origines diverses qui, souvent, se superposent : activités humaines passées ou récentes, phénomènes naturels, évènements météorologiques, etc. Dresser des conclusions quant aux causes de perturbations ou d’améliorations du milieu doit donc se faire avec prudence au regard des informations dont on dispose.

 

A retenir en 2018 :

 

> Les conditions météorologiques : après une année 2017 extrêmement sèche, l’année 2018 a signé un retour à la normale, tant au niveau des pluies que des températures. De plus, aucun phénomène extrême, autre que les précipitations liées au passage du cyclone Hola, n’est à signaler.

> Une érosion intense est toujours mise en évidence dans la région du Grand Sud, conséquence de la destruction de la végétation par la présence humaine passée ou récente : incendies, exploitation forestière et minière dès la fi n du XIXème siècle, montée en puissance de l’activité minière de Vale NC.

 

Les résultats :

 

 

Sur terre :

> Le programme de revégétalisation de Vale NC se poursuit à un rythme de 30 ha de restauration écologique par an prévus sur 30 ans, grâce à la production dans sa pépinière d’espèces natives de Nouvelle-Calédonie.

> Le dispositif de surveillance des massifs forestiers situés autour de la zone d’extraction minière a été fortement intensifié, et donne des résultats encourageants. Par ailleurs, la forêt de chênes gommes, sous le vent de l’usine, reste impactée par les concentrations atmosphériques en dioxyde de soufre au plus près du site. Mais plus on s’en éloigne, moins les arbres sont affectés par les activités industrielles.

> 5 incendies ayant parcouru plus de 1 000 hectares ont été détectés en 2018 dans le Grand Sud. L’aire protégée de Bois du Sud et les réserves naturelles de la Forêt Nord et de la Forêt Cachée ont été touchées. Cette dernière a perdu près de 120 hectares, dont 7,3 hectares de végétation arborée.

 Voir les résultats sur les milieux terrestres

 

 

Dans les eaux douces :

> De manière générale, les eaux douces sous l’influence du complexe industriel et minier se montrent de plus en plus perturbées par les activités humaines, qu’il s’agisse des creeks et rivières ou des eaux souterraines. C’est vrai en particulier sur les bassins-versants des rivières Kwë et du creek de la Baie Nord.

> On note l’influence grandissante de l’aire de stockage des résidus sur la physico-chimique des eaux.

> Les eaux souterraines affichent une physico-chimique de plus en plus perturbée du fait des activités humaines, en particulier dans les zones d’exploitation minière et industrielle.

> Les populations d’invertébrés et de poissons se maintiennent malgré une chimie des eaux perturbée.

> Les plus importantes perturbations d’origine sédimentaire sont constatées dans la rivière Kwë.

► Voir les résultats sur les rivières

► Voir les résultats sur les dolines et les eaux souterraines

 

 

En milieu marin :

> Le bilan est globalement positif en milieu marin, mais les signes de l’intense érosion qui pèse sur les sols du Grand Sud sont bien là.

> Les activités humaines sont sources de perturbations en baie Nord, baie Kwë, baie de Port Boisé, au port de Prony et autour de l’émissaire.

> Les récifs coralliens suivis dans le Grand Sud sont globalement « non perturbés », mais à l’île Ouen et sur Casy, des pullulations d’Acanthasters ont provoqué, en 2017, une baisse du recouvrement en corail vivant. En 2018, une campagne d’éradication a été menée par la province Sud et l’IRD en baie de Prony.

> Cette année encore, la présence de matières organiques dans les zones les plus au large serait le fruit de fluctuations naturelles.

 Voir les résultats sur les milieux marins

 

Pour aller plus loin :

 

La méthode

Les sources

Le bilan technique

 

 

Un grand merci :

 

au comité technique de révision de la méthode

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Michel Allenbach, Jérôme Aucan, Céline Casalis (Vale NC), Emmanuel Coutures (province Sud), Philippe Escoffier (Scal’Air), Jean-Luc Folio (Vale NC), Pierre Genthon, Julie Goxe (Vale NC), François Leborgne (province Sud), Alexandra Malaval-Cheval (Scal’Air), Vincent Mardhel, Stéphane McCoy (Vale NC), Jean-Michel N’Guyen (Vale NC), Justin Pilotaz (province Sud), Emmanuel Tessier, Geoffroy Wotling (DAVAR).

 

au comité technique de présentation des résultats

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Michel Allenbach, Jérôme Aucan, Sarah Dupuy (Scal’Air), Jean-Luc Folio (Vale NC), François Leborgne (province Sud), Alexandra Malaval-Cheval (Scal’Air), Geoffroy Wotling (DAVAR).

 

au comité technique et éditorial de validation de la présentation des scores

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mélody Cimoa (Destination Grand Sud), Coralie Guillou (mairie du Mont-Dore), Anaïs Laffont (DIMENC), François Leborgne (province Sud).

 

au comité éditorial
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mélody Cimoa (Destination Grand Sud), Adélie Garaud-Ballande (Vale NC), Hubert Géraux (WWF), Coralie Guillou (mairie du Mont-Dore), Michel Lardy (UFC Que Choisir).

 

aux autres contributeurs
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Conseil Scientifique de l’OEIL, Secrétariat Exécutif de l’OEIL

 

 

Accéder aux bilans précédents : [2017][2016] | [2015] | [2014]

 

Voir la version standard