[2018] Mine

- MINE -

 

 

Le suivi par satellite des forêts situées autour de la fosse minière ne souligne pas de perturbation.

 

 

 

 

Les populations d’oiseaux se montrent perturbées : le nombre d’espèces observées a notamment chuté de 60 % en moyenne entre 2014 et 2018. Cet état va croissant depuis 2013, et peut être dû au bruit, aux éclairages et aux poussières liées à l’activité sur mine.

 

 

 

          Comment lire ce bilan ?

 

-------------------------------- [L'info en +] --------------------------------

 

 Poussières : Depuis 2015, huit sites à proximité immédiate de la mine font l’objet d’un suivi de la végétation où les conséquences des poussières et les signes de maladies sont spécifiquement recherchés. En 2018, la moitié des sites ont révélé des dépôts de poussières moyens sur 20 à 30 % des individus examinés. Quant aux maladies, la végétation est globalement bien portante, puisque seulement 1 % des individus montre des signes de nécrose, chlorose ou des déformations.

 

 Espèces sensibles : Neuf espèces de lézards ont pu être identifiées, dont deux menacées d’extinction selon l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Dans les zones défrichées en 2018, cinq lézards de quatre espèces différentes ont été transférés au parc Zoologique et Forestier.

 

 Espèces envahissantes : Déjà présente ailleurs sur le territoire avant l’arrivée de Vale NC, la fourmi de feu tropicale, est encore détectée ici, sa population restant stable depuis 2012.

 

 Site réhabilité : À l’occasion de la fermeture d’une carrière, et du début de sa réhabilitation, un inventaire des lézards et des fourmis envahissantes a été réalisé pour le comparer à l’état initial de 2003. Résultat : la population de lézards est restée stable, mais les fourmis électrique et folle jaune ont pris le dessus sur les espèces endémiques initialement présentes.

 

--------------------------------- [Zoom sur] ---------------------------------

 

  La revégétalisation atteint son rythme de croisière 

Le programme de revégétalisation mis en oeuvre par Vale NC comporte des opérations de reproduction d’espèces endémiques, de plantation, et d’enrichissement végétal. Ainsi en 2018, l’industriel a planté 150 287 plants de 87 espèces endémiques issus de sa pépinière, et a fait germer presque 1 400 plants issus de 13 espèces rares ou menacées selon l’UICN. 

Après avoir défriché près de 900 ha depuis son installation, 144 ha ont pour l’instant été replantés ou enrichis à un rythme désormais stable d’une trentaine d’hectares par an depuis 2016. Rappelons que des écosystèmes aussi complexes que les maquis et forêts du Grand Sud sont le fruit de siècles d’évolution au sein desquels bien d’autres espèces, comme les champignons ou les insectes, jouent un rôle. Les travaux de restauration écologique sont indispensables, mais plusieurs siècles seront nécessaires à un résultat comparable aux milieux naturels originels.

 

 

 

  Oiseaux marins et pollution lumineuse

Une centaine d’oiseaux marins, essentiellement des Puffins de Fouquet, se sont échoués au sein du complexe industriel et minier de Vale NC en 2018. Parmi eux, 20 sont morts et 10 individus blessés ont été transférés au Parc Zoologique et Forestier pour être soignés. Mais attention : ces chiffres ne sont qu’indicatifs car ils dépendent trop du niveau de sensibilisation du personnel et des conditions météorologiques pour être une donnée scientifique fiable.

 

 

Quels étaient les résultats en [2017] | [2016] | [2015] [2014]

 

Voir l'application dédiée aux milieux terrestres

Zones étudiées

Voir la version standard